L'histoire de Maag: un succès suisse

L’histoire de la marque Maag remonte à plus de 175 ans. Elle est encore plus ancienne que celle de l’Etat fédéral helvétique. C’est dans un petit laboratoire, installé sous les toits à Dielsdorf près de Zurich, qu’est née la petite entreprise, liée depuis comme aucune autre à l’évolution de l’agriculture suisse. Longtemps entreprise familiale marquée par le génie investigateur du fondateur de la dynastie, la société Maag est devenue une institution suisse. Avec l’internationalisation de l’économie suisse, Maag a également dû prendre une nouvelle orientation: aujourd’hui, la marque est un composant important de la branche suisse de la multinationale Syngenta. Elle a conservé son engagement sans concessions pour des plantes saines dans la maison et le jardin.

Depuis 2009: le leader du marché prospère magnifiquement

Une présentation moderne, répondant aux besoins des clients, fournit à la marque Maag un nouvel essor et contribue à une présentation attractive de ses produits dans les linéaires. Si, jusqu’à présent, la marque Maag était surtout connue des jardiniers professionnels et des amateurs passionnés, elle s’adresse désormais également à des clientes et clients sans expérience en matière de plantes ou de protection phytosanitaire. De nouveaux produits, spécialement simples et sûrs, tels que PatchMagic et Resolva contribuent à la réussite de ces clients dans leur initiation au jardinage – que ce soit des plantes superbement fleuries et en pleine santé dans le jardin, la terrasse et le balcon ou un beau gazon bien dense.

Les conseils et l’aide sont toujours des facteurs de succès inégalés : les passionnés de jardinage expérimentés comme les novices en matière de plantes disposent du service de conseils professionnels téléphoniques de Maag pour répondre aux problèmes qu’ils rencontrent ou poser des questions sur l'utilisation d'un produit. Quant au site Web de Maag, il délivre 24h sur 24 ses précieuses connaissances en matière de jardin et de protection des plantes. La communauté Maag se retrouve également pour échanger sur sa page Facebook et grâce à l’application Maag, on peut même consulter les informations du site lorsque l’on est en déplacement – que ce soit dans une jardinerie, devant le linéaire des produits ou dans son jardin et que l'on voit soudain apparaître un ravageur inconnu.

Avec sa ligne bio innovante, qui ne cesse de se développer, Maag répond également aux attentes de nombreux clients en faveur de méthodes de protection de plantes préservant autant que possible l'environnement et prenant en compte le développement durable. Chez Maag, la protection de l’environnement, le développement durable et la sécurité sont des thèmes de première importance : grâce à des recherches intensives, nous travaillons de façon conséquente à rendre nos produits encore plus efficaces, sûrs et toujours mieux supportés par l'environnement.

Depuis 150 ans, Maag ne cesse d’observer son époque et le marché. Pouvoir innovant, conscience de la qualité, écoute des clients et responsabilité vis-à-vis de l’environnement forment les piliers de notre philosophie d’entreprise et garantissent que la marque de tradition Maag restera également dans le futur une force de premier plan en Suisse dans les domaines de la protection et de l’entretien des plantes.

Le nouveau millénaire: Maag fait partie de Syngenta AG

Au tournant du millénaire, la division agro de Novartis fusionne avec celle de son concurrent anglais Astra Zeneca en Syngenta AG. Maag devient une partie de l'organisation Syngenta et se concentre dans le même temps sur le segment du marché "Maison & jardin".

En 2007, les produits Maag pour l'agriculture sont intégrés à la ligne Syngenta.

Les années 1990: la nouvelle histoire Maag commence

La chimie bâloise prend une nouvelle direction. Le groupe Maag également, il est repris par Ciba en 1990.

Avec la fusion de Ciba et de Sandoz en Novartis AG et ultérieurement en Syngenta AG, Maag fait partie de la division agro de la nouvelle multinationale et se concentre dans le même temps sur le segment du marché «Maison & Jardin».

1972: Vente de l'entreprise Maag à Hoffmann-La Roche

Depuis 1970, Rudolf Maag AG est intégré à la multinationale chimique bâloise Roche et s'est même développée avec l'achat d'autres entreprises. En 1972 l'entreprise de tradition suisse finit par être vendue, mais la marque Maag demeure. En 1987 est créée la nouvelle ligne Maag "Maison & Jardin".

1960: la quatrième génération reprend les affaires

Après la mort de Rudolf Maag en 1959, c'est son gendre, Willi Günthard-Maag, qui reprend avec son frère Ernst la direction de la grande entreprise de Dielsdorf. Dans les années 60, le développement d'un engrais foliaire novateur, Wuxal, permet de remporter de nouveau un grand succès sur le marché.

Afin de pouvoir internationaliser l'activité de Maag et être à même de réaliser des processus de développement complexes, les premiers contacts sont noués avec la multinationale chimique bâloise Hoffmann-La Roche. Des projets de recherche menés en commun conduisent au développement d'un grand nombre de nouvelles matières actives fondamentales.

Maag s'engagea alors dans le domaine de la construction en se lançant dans la production de produits de protection du bois.

1945: fondation de Maag AG

Un peu après la fin de la guerre, Maag devint une société de famille anonyme.

Jusqu'à 1945; les insecticides synthétique sont prêts pour le marché

A la veille de la seconde guerre mondiale, Maag proposait déjà neuf lignes de produits. En 1939, on trouvait dans l'assortiment Maag des produits pour la protection des fruits, des baies, des céréales, des légumes, du colza et des plantes ornementales. ON proposait également des produits contre les ravageurs dans les scieries et les maisons. Grâce au développement de ses propres laboratoires et l'installation de vastes surfaces de recherches, Maag réussit à développer avec la même détermination sa compétence et son assortiment. L'entreprise ne se contenta pas de développer de nouveaux produits, elle mit également au point des méthodes de pulvérisation et d'application efficaces.

Le développement des produits était systématiquement encouragé avec comme devise: aussi peu de substances toxiques que possible, une utilisation simple ainsi que des combinaisons synergétiques de matières actives. En 1926, le docteur Rudolf Maag établit le premier plan de traitements pour les cultures de pommiers.

Années 1920: le développement grâce à l'économie

Sous la direction du docteur Rudolf Maag, chimiste de formation, l'entreprise étendit rapidement son activité phytosanitaire à l'arboriculture, à la sylviculture ainsi qu'à l'agriculture et à l'horticulture.

Grâce à sa "poudre Maag", Rudolf Maag fils sauva une grande partie du vignoble suisse du mildiou, à l'époque très virulent. C'est ainsi que la première pierre de l'entreprise Maag fut posée.

Années 1890: le succès de la "poudre Maag"

Un peu avant le tournant du siècle, le fabricant régional d'engrais et de teintures opéra un changement d'orientation pour devenir la première entreprise phytosanitaire de Suisse.

Les années 1870: du "teinturier Maag" au "chimiste Maag"

Rudolf Maag père, est un entrepreneur très actif et il en va de même pour son fils qui prend la relève. Connu sous le nom de "chimiste Maag", celui-ci su tirer parti des progrès de la chimie et concentra de plus en plus la production sur les engrais à partir des années 1870.

Fondation de l'entreprise en 1844: au début était le bleu indigo

Fondée à Dielsdorf par Rudolf Maag, premier du nom, l'entreprise familiale commença par commercialiser des colorants et des engrais ainsi que de la farine d'os. C'est sous le nom de "teinturier Maag" ainsi que l'entreprise se désignait elle-même que le succès arriva avec la production d'un pigment bleu indigo avec lequel les paysans des environs teintaient leurs vêtements de travail. Et ceci bien avant que le jean ne soit inventé aux Etats-Unis.